Conseils

LALIVE conseille des banques, des fonds d’investissement, des compagnies d’assurance, des négociants en valeurs mobilières, des gestionnaires de fortune et d’autres institutions financières en Suisse et dans le monde entier sur tous les aspects du droit des marchés financiers. L’Etude fournit des conseils en matière de réglementation, notamment en ce qui concerne l’acquisition de licences et la lutte contre le blanchiment d’argent, les opérations sur les marchés des capitaux, les opérations complexes de structuration et de restructuration de la dette et fournit un soutien complet en matière de litiges dans les domaines bancaire et financier.

LALIVE conseille et représente les particuliers et les entreprises dans leurs relations avec les banques et autres prestataires de services financiers, y compris dans le cadre de contentieux.

L’Etude a une vaste expérience dans le conseil aux professionnels en investissement financier dans l’offre de leurs services et dans le placement de fonds d’investissement étrangers en Suisse, en particulier en ce qui concerne les fonds de pension suisses.

Plusieurs associés et conseillers juridiques de LALIVE ont occupé des postes de direction dans de grandes banques suisses et étrangères, et ont donc une connaissance approfondie et une expérience pratique des questions et processus juridiques spécifiques concernant les marchés bancaires, financiers et des capitaux, ainsi que des relations avec les autorités de surveillance.

  • Représentation de prêteurs dans le cadre d’un accord de facilités de crédit multidevises de USD 2 milliards accordé à une société allemande ayant des filiales en Suisse, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et dans d’autres juridictions.
  • Conseil d’un grand groupe industriel russe dans le cadre d’une procédure civile contre une banque basée à Genève pour mauvaise gestion et rétrocessions mal reçues par la banque avec une créance évaluée à plus de EUR 130 millions.
  • Conseil de plusieurs personnes dans le cadre de demandes d’indémnisation (estimées à CHF 17 millions) contre diverses sociétés et institutions financières dans le cadre de la débâcle de Madoff.
  • Conseil d’un grand groupe bancaire d’Asie du Sud-Est dans le cadre de la création d’une filiale de private banking en Suisse.
  • Représentation d’un Etat arabe dans le cadre de négociations et de procédures civiles et pénales contre une grande banque d’investissement pour corruption et mauvaise gestion d’actifs pour un montant de plus de USD 1.4 milliards.